SESSION 2010 // SKOPJE :


Là ! Voilà. C'est fait. Avec deux ou trois semaines de retard, oui... Mais pour ma défense je dois dire que j'ai rencontré trois problèmes. D'abord les deux premiers, qui n'en sont pas : Le retour à Belgrade (ma ville preférée des Balkans) et les retrouvailles avec des amis français au festival de Guca ; deux événements qui ont donc réduit ma capacité de travail à néant. Et le troisième : la perte de mon portefeuille, de mes papiers, et de mon budget retour dans ce même festival. Pas mal de problèmes à régler donc, d'où le retard. Mais bon, on s'en fout après tout, Skopje maintenant !
C'est la quatrième fois que je passe par cette ville, et c'est vraiment un endroit de type "bien". Une partie du centre remplie de rues à l'ottomane, l'autre bien boursouflée de gros immeubles bien communistes, le plus gros quartier tzigane d'Europe en périphérie, et des gens qui sont aussi accueillants que souriants ! Que du bonheur, donc.
Pour ce qui est du film en lui-même, j'ai plutôt décidé de montrer le bordel politique qui règne là-bas. Non pas que ça me plaise, mais simplement parce que peu de gens sont au courant des difficultés que le pays traverse. Sans compter les gouvernement de l'ouest qui s'en foutent plus ou moins... Car même si Jacques Chirac a définit la Macédoine comme "un petit pays sympathique" (Condescendance, quand tu nous tiens...), ça n'a poussé ni les autres, ni lui-même à faire pression pour régler ce problème avec la Grèce, qui met le pays en dehors de la vie internationale. Bref.
Vous pourrez voir dans ce reportaz Emma, une volontaire punk suédoise très sympathique, Slobodan, un professeur d'histoire enjoué, et Lidija, une architecte dubitative. Puis Georges, enfin, un expatrié macédonien qui a vécu 40 ans en Seine-saint-Denis, qui coule des jours de retraite tranquilles en Macédoine, et qui a eu la bonté de me prendre en stop et la gentillesse de m'emmener passer un peu de temps au bord d'un pitit lac. Voilà tout les personnages du film, sans oublier bien sur le chanteur de la fin. Et quand je dis qu'il est charismatique, je ne rigole pas. Regardez le bien faire son riff là, on le vit avec lui le mouvement !
Bref, sur ce, bisous. Et on se revoit à Théssalonique pour un nouveau rendez-vous !

5 commentaires:

natasa,sebek@gmail.com a dit…

I saw the core of this film while it was still under construction :)), but I like the final outcome very much. Good job, like the redhead`s points a lot. :)) Again, you are breaking the boundaries and prejudices, and really persuadING a person to visit this place one day. :)

Ludi a dit…

Génial ce reportage... j'suis particulièrement impressionée par la dernière scène avec "georges du 93" que j'suis presque sûre d'avoir vu passer un jour où j'faisais du stop sur une route de Macédoine ... Bref, continues comme ça ; )

Ludi (la colloc' d'Emma qui était à Guca aussi)

Les reportaz a dit…

Héhé, merci pour tes encouragements ! Je suis content que tu parles de la scène de Georges du 9-3, elle me tenait à coeur. Surtout l'introduction. Dommage qu'il t'ai pas pris, il est super sympa ce mec ! Bonne continuation et à plus quelque part !

And thanks for your support Nataša;)

Aleksandra a dit…

Bien sympa ce petit reportaZ ^^
Avec la musique qui rythme tout le long c'est pas mal.
Après c'est compliqué de tout résumer en dix minutes sur cette ville/ce pays très complexe mais c'est intéressant quand même, même pour la Macédonienne que je suis :p

Les reportaz a dit…

Que ce soit intéressant même pour une locale, c'est le meilleur compliment qu'on puisse me faire, многу ти благодарам !